Bientôt 11 établissements en moins dans la grande famille Barrière

Les projets d’avenir du groupe Barrière, l’un des icônes dans le secteur des jeux d’argent terrestres vont à controverse ces derniers mois.

En effet, si l’établissement prévoyait un investissement de plus de 210 millions d’euros dans l’amélioration de ses services vers la fin de l’année 2014, voilà qu’il annonce, voilà quelques jours, son désir de vouloir se séparer de 11 de ses locaux.

La cause, serait-ce des difficultés financières dont le public ne pourrait se douter ?

Une affaire en cours actuellement

Selon les sources provenant du groupe Barrière lui- même, l’éventuel rachat de 11 de ses locaux de jeux est à prévoir pour les mois à venir. L’un de ses représentants a d’ailleurs déjà avoué être en ce moment même en pleine négociations et réflexion quant à la détermination des prochains propriétaires des établissements concernés.

5895614

Selon toujours le groupe, les offres sont intéressantes mais à cela, aucun autre commentaire sur les présumés prétendants n’a été apporté. Pour le moment, une seule chose est sûre, la liste des établissements touchés par cette séparation se compose de 9 sites de jeux d’argent et de deux hôtels, tous de petite envergure.

Il s’agirait entre autres, des casinos de Besançon, de Briançon, de Carnac, de Chamonix, de Dax, de Jonzac, de Leucate, de Perros-Guirec, et des Sables d’Olonne ainsi que des hôtels Barrière de Pullman Bordeaux Lac et de Mercure Niederbronn.

Une vente pour cause de restructuration

Barriere logo QD’après toujours les responsables du groupe, la principale cause de la vente de ces 11 établissements est purement stratégique. Effectivement, il faut savoir que les sites à vendre ont été choisis parmi les moins prestigieux du groupe. Ce choix a été fait afin de renforcer l’image de luxe dont bénéficie le groupe Barrière Resort en proposant toutes sortes d’activités dont les loisirs et l’hébergement.

Le groupe a donc tenu à se défaire de ses établissements les moins luxueux afin de renforcer sa réputation de complexe de haut standing. Des causes financières sont ainsi à écarter quant à la vente de ses 11 sites de jeux et d’hôtel.

Des inquiétudes de la part du personnel

Si en amont, le rachat de ces 11 établissements ne représente qu’une affaire comme une autre, en aval, c’en est tout autre. En effet, les personnels et employés effectifs dans ces 11 sites sont en ce moment dans l’incertitude quant à l’avenir de leur poste dans l’établissement où ils travaillent.

Un éventuel changement de main causerait, sans nul doute des changements importants dans leur façon de travailler et pourrait laisser entendre un licenciement, de quoi donner des sueurs froides à certains.

http://www.lucienbarriere.com/localized/fr/groupes.htm

template joomlatemplate joomla gratuit
2017  Rachelle Menard